[Music Live] Aldous Harding au Power Lunches de Londres

Aujourd’hui arrêtons-nous sur la talentueuse Aldous Harding que j’ai eu la chance que voir en concert à Londres au printemps dernier.

P1060020 - Copie

Auteur-interprète, Aldous Harding aka Hanna Claynails Harding est originaire de Lyttelton, une cité côtière au sud de Christchurch (Île Sud de la Nouvelle-Zélande). Tombée par hasard sur la vidéo (ci-dessous) de son titre No Peace At All, j’ai eu envie de découvrir et vous faire découvrir cette artiste de talent.

Son album éponyme est sorti chez Lyttelton Records l’an dernier et produit par Ben Edwards, Marlon Williams et Aldous Harding elle-même qui a également écrit et composé tous ses titres. Cet opus dévoile neuf titres emprunts de nostalgie et d’émotion où la poésie mordante de l’artiste est contrebalancée par des mélodies envoûtantes. Avec des paroles pleines de doubles sens, Harding jongle avec les mots tout autant qu’avec les notes délivrant ainsi une gothic folk mêlée à quelques accents plus country (Merriweather) sans tomber dans le cliché pastoral. Alors qu’elle a travaillé quasi seule avec une guitare acoustique et sa voix en guise de principal instrument, quelques musiciens l’accompagnent posant ainsi des rythmes fantasmagoriques, des chœurs comme sur Titus Alone ou encore des harmonies hantées (Stop Your Tears).
Aldous Harding apporte avec son album un nouveau souffle à la folk. Mais le meilleur moyen de réellement découvrir un artiste est de le voir sur scène.

Tracklist de l’album :
– Stop Your Tears
– Hunter
– Two Bitten Hearts
– Titus Groan
– Beast
– No Peace At All
– Merriweather
– Small Bones Of Courage
– Titus Alone

P1060018 - Copie

Petit bar sur Dalston dans l’East londonien, le Power Lunches Art Cafe accueillait le 12 mai cette artiste néo-zélandaise de talent, Aldous Harding.
Après une première partie quelque peu en demi-teinte délivrée par l’Anglais Jack Robert Hardman, Aldous Harding tente de se frayer un chemin parmi le public jusqu’à la scène. Venus en grand nombre, ses fans – tout âge et tout genre confondus, dont beaucoup de Néo-Zélandais à en juger par les conversations – remplissent la petite salle et tout le monde se tasse vers l’avant pour être le plus près possible de l’artiste.
Aldous Harding s’assoie sur un tabouret et prend sa guitare acoustique en mains, tout en simplicité, sans artifice.

Au look boyish et arborant un t-shirt ‘Come On Girls Let Go Shopping’ à l’image de l’humour ironique de l’artiste, Harding ouvre son set avec la sublime Stop Your Tears où l’auditeur restera en admiration avant de poursuivre sur la mordante Beast. La chanteuse va principalement jouer des chansons de son album (Titus Alone, Hunter) parsemant son show de phrases sarcastiques. Elle nous offrira également quelques nouveaux titres qui nous laissent présager la venue prochaine d’un nouvel album.
Malgré son état quelque peu léthargique ; douze heures de jetlag et une bonne trentaine d’heures de vol dans les chaussettes ça laisse évidemment des traces et on ne peut que lui tirer notre chapeau d’être sur scène, Aldous Harding parvient à transmettre une profonde émotion tout en délivrant un set où subtilité rime avec authenticité comme peut l’être sa musique. Chapeau l’artiste !

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s